Le gouvernement du Canada et les États-Unis conviennent des priorités binationales des Grands Lacs quant aux activités scientifiques et aux actions de 2020-2022

Conformément à l’alinéa 5(2)c) de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs de 2012, les parties établiront, en consultation avec le comité exécutif des Grands Lacs, les priorités binationales quant aux activités scientifiques et aux actions afin d’éliminer les menaces actuelles et futures à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs.

Le gouvernement du Canada et les États-Unis ont convenu des priorités suivantes relativement aux activités scientifiques et aux actions, lesquelles orienteront les travaux menés de 2020 à 2022 dans le cadre de l’Accord.

ANNEXE PRIORITÉS SCIENTIFIQUES PRIORITÉS EN MATIÈRE D’ACTIONS
Annexe 1 : Secteurs préoccupants
  • Aux États-Unis, mener les activités d’échantillonnage des sédiments nécessaires à la mise en œuvre des projets d’assainissement des sédiments dans les secteurs préoccupants (SP), notamment l’échantillonnage dans les secteurs préoccupants de l’estuaire Milwaukee, la rivière Rouge et le lac Torch. Au Canada, effectuer des échantillonnages pour soutenir la surveillance à long terme dans les SP, notamment dans les SP de la baie Jackfish, du port de Spanish et du fleuve Saint-Laurent.
  • Aux États-Unis, mener des activités de surveillance pour confirmer le respect des critères d’élimination des altérations des utilisations bénéfiques (AUB), notamment la surveillance d’AUB concernant des tumeurs et autres malformations chez les poissons de la rivière Black, les AUB concernant la dégradation des organismes benthiques dans la rivière Buffalo, les AUB concernant des malformations et des problèmes de reproduction chez les oiseaux et les animaux dans la rivière Raisin. Au Canada, mener des activités de surveillance pour confirmer le respect des critères d’élimination des AUB, y compris les AUB concernant la perte d’habitat du poisson et des autres espèces sauvages dans la rivière St Clair, les AUB concernant la dégradation des populations de poissons et d’espèces sauvages dans le SP de Toronto et les AUB concernant les fermetures de plages dans les SP de la rivière Niagara et de Thunder Bay.
  • Aux États-Unis, mettre en œuvre des mesures correctives pour éliminer les AUB, notamment l’assainissement des sédiments au lac Spirit dans le SP de la rivière Saint-Louis, l’assainissement des sédiments à Ryerson Creek dans le SP de la rivière Muskegon, l’assainissement des marais côtiers à la baie de Kingsbury et à Grassy Point dans le SP de la rivière Saint-Louis et le projet de restauration de l’habitat du marais Howard dans le SP Maumee.
  • Aux États-Unis, terminer le processus de retrait de la liste, notamment la période de consultation publique, pour les secteurs préoccupants du cours inférieur de la rivière Menominee et de la rivière Ashtabula. Au Canada, mettre en œuvre des mesures correctives pour restaurer les AUB, notamment les AUB concernant l’eutrophisation et les algues indésirables dans les SP du fleuve Saint-Laurent et de la baie de Quinte, les AUB concernant la perte d’habitat des poissons et d’autres espèces sauvages dans le SP de la rivière Détroit et les AUB concernant la gestion des sédiments contaminés du récif Randle dans le SP du port de Hamilton.
  • Déterminer et hiérarchiser les actions de gestion des SP dans des réunions annuelles de planification stratégique au niveau national.
Annexe 2 : Aménagement panlacustre
  • Pour appuyer une évaluation des eaux littorales des Grands Lacs :
    • En 2020, réaliser la prochaine évaluation de l’état du littoral national dans les eaux littorales américaines de tous les Grands Lacs.
    • D’ici 2022, réaliser l’évaluation des zones littorales et la topobathymétrie par lidar du côté canadien des Grands Lacs.
  • Établissement des priorités de l’Initiative de collaboration pour la science et la surveillance (ICSS) :
    • En 2020, établir les priorités de l’ICSS en matière de science et de surveillance pour la campagne de 2022 visant le lac Huron.
    • En 2021, établir les priorités de l’ICSS en matière de science et de surveillance pour la campagne de 2023 visant le lac Ontario.
    • En 2022, établir les priorités de l’ICSS en matière de science et de surveillance pour la campagne de 2024 visant le lac Érié.
  • Inclure les résultats de l’évaluation des eaux littorales dans les plans d’action et d’aménagement panlacustres pour aider les collectivités, les agences et les organisations à mettre en œuvre des activités d’assainissement et de protection des eaux littorales des Grands Lacs.
  • Actualiser et mettre en œuvre les plans d’action et d’aménagement panlacustre (PAAP) :
    • Mettre en œuvre les mesures identifiées dans les PAAP.
    • Publier le PAAP pour le lac Michigan en 2020 et commencer sa mise en œuvre.
    • Publier le PAAP pour le Lac Supérieur en 2021 et commencer sa mise en œuvre.
    • Publier le PAAP pour le lac Huron en 2022 et commencer sa mise en œuvre.
Annexe 3 : Produits chimiques sources de préoccupations mutuelles
  • Mener des activités de suivi et de surveillance dans les milieux environnementaux des Grands Lacs pour suivre les tendances des produits chimiques sources de préoccupations mutuelles (PCSPM) et d’autres produits chimiques prioritaires.
  • Coordonner les activités de recherche, de suivi et de surveillance pour identifier les nouveaux produits chimiques potentiellement préoccupants.

 

  • Grâce aux programmes existants, notamment le Plan de gestion des produits chimiques (Canada) et la loi sur le contrôle des substances toxiques (États-Unis), réduire les produits chimiques sources de préoccupation mutuelle (PCSPM) dans l’environnement des Grands Lacs.
  • Mettre en œuvre les mesures de gestion déterminées dans les stratégies binationales existantes pour les PCSPM dans les Grands Lacs et suivre leur mise en œuvre par le biais du rapport d’étape de 2022 des parties.
  • Reconnaissant la consommation de poisson comme la principale voie d’exposition aux PCSPM bioaccumulables dans les Grands Lacs, les administrations américaines et canadiennes diffuseront des avis sur la consommation de poisson afin de réduire au minimum les impacts potentiels de ces produits chimiques sur la santé humaine.
Annexe 4 : Éléments nutritifs
  • Mettre à jour et utiliser des modèles d’écosystème aquatiques pour rehausser notre capacité à prédire la réaction des écosystèmes à une baisse de la charge en éléments nutritifs.
  • Mener des activités de recherche et de surveillance pour mieux comprendre :
    • le transport interlacustre et les sources de phosphore dans le corridor Huron-Érié et la rivière Niagara;
    • les facteurs influant sur la toxicité lors de la prolifération d’algues nuisibles, y compris le rôle de l’azote;
    • l’effet des conditions climatiques à venir sur les éléments nutritifs dans le bassin du lac Érié;
    • les techniques pour lutter contre le phosphore réactif soluble.
  • Mettre en œuvre des activités binationales coordonnées de recherche et de surveillance pour mieux comprendre les facteurs influant sur la croissance des cladophores et appuyer l’établissement de cibles de réduction du phosphore, le cas échéant.
  • Entamer l’examen des cibles provisoires de l’Accord sur la qualité de l’eau dans les Grands Lacs (AQEGL) relatives aux concentrations et aux apports de phosphore, en commençant par le lac Ontario, afin d’évaluer leur efficacité pour atteindre les objectifs liés à l’écosystème des lacs pour les autres Grands Lacs.
  • Prendre des mesures pour réduire la concentration de phosphore en mettant en œuvre la stratégie binationale de réduction du phosphore dans le lac Érié et les plans d’action nationaux associés.
  • Surveiller les concentrations de phosphore dans le lac Érié et rendre compte du progrès accompli dans la réalisation des objectifs binationaux de réduction du phosphore au moyen de bulletins d’information et de webinaires annuels, ainsi que du rapport triennal d’étape des parties.
  • Évaluer, d’ici 2020, les résultats de recherche sur les cladophores et déterminer la suffisance des données scientifiques pour établir des cibles de réduction des apports de phosphore dans le bassin est du lac Érié.
Annexe 5 : Rejets provenant des bateaux
  • Tenir des rencontres annuelles pour échanger des pratiques exemplaires et élaborer des méthodes canadiennes et américaines compatibles pour l’échantillonnage et l’analyse des eaux de ballast des navires.
  • Travailler vers la modification des régimes de réglementation respectifs du Canada et des États-Unis sur les eaux de ballast, et collaborer avec les parties prenantes pour établir des exigences de gestion des eaux de ballast qui sont compatibles, justes, réalisables et protectrices de l’environnement.
  • Tenir des rencontres annuelles pour échanger des pratiques exemplaires et élaborer des méthodes compatibles de contrôle de la conformité, de collecte de données et d’analyse de la gestion des eaux de ballast dans les Grands Lacs.
Annexe 6 : Espèces aquatiques envahissantes
  • Réaliser des essais sur des technologies permettant de prévenir la propagation des espèces aquatiques envahissantes tout en permettant le mouvement d’autres composantes de l’écosystème par les canaux et les voies navigables.
  • Améliorer l’efficacité des activités de détection précoce et d’intervention rapide par la production d’un accord d’aide mutuelle des agences fédérales des Grands Lacs entre les États-Unis et le Canada qui complétera et soutiendra l’accord d’aide mutuelle des gouverneurs des premiers ministres des Grands Lacs tout comme d’autres mesures.
  • Prévenir l’introduction de nouvelles espèces envahissantes dans les Grands Lacs, notamment la carpe argentée, la carpe à grosse tête et la carpe noire.
  • Prendre des mesures d’intervention rapide, notamment en poursuivant les efforts visant à empêcher l’introduction de la carpe de roseau dans les Grands Lacs.
  • Mettre en œuvre des projets de lutte contre les espèces envahissantes déjà présentes dans le bassin des Grands Lacs, notamment l’écrevisse des marais rouges, l’hydrille monoïque, l’aloès d’eau, la châtaigne d’eau et les phragmites.
Annexe 7 : Habitat et espèces
  • Évaluer les environnements côtiers, avec un accent binational sur les milieux humides côtiers par le biais du Programme de surveillance des milieux humides côtiers des Grands Lacs (États-Unis) et de l’initiative Évaluation et amélioration de la résilience des milieux humides côtiers des Grands Lacs (Canada), pour soutenir les efforts de protection et de restauration et d’autres mesures qui augmentent la résilience des habitats et des espèces côtières.
  • Grâce aux programmes existants, notamment le Fonds de la nature du Canada et l’initiative de restauration des Grands Lacs, protéger et restaurer les habitats et les espèces qui contribuent à la qualité de l’eau des Grands Lacs.
Annexe 8 : Eaux souterraines (Voir la section sur les mesures prioritaires liées à la science…)
  • Actualiser le rapport scientifique binational de 2016 sur les eaux de surface (Science des eaux souterraines applicable à l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs : rapport de situation) en résumant les nouvelles connaissances sur les eaux souterraines dans la région des Grands Lacs, notamment une évaluation de la distribution géographique des sources connues et potentielles de contaminants dans les eaux souterraines et qui peuvent nuire à la qualité de l’eau des Grands Lacs.
Annexe 9 : Répercussions des changements climatiques
  • Améliorer la coordination et l’échange de connaissances pour combler les lacunes en matière de science du climat dans les Grands Lacs, notamment en tenant des réunions d’experts pour un atelier sur la modélisation de changement climatique dans les Grands Lacs.
  • Diffuser des renseignements sur le climat pertinents pour l’Accord et la communauté des Grands Lacs, notamment en publiant régulièrement le Rapport binational trimestriel sur les répercussions et perspectives climatiques ainsi que le Résumé des tendances climatiques annuelles et de leurs effets dans le bassin des Grands Lacs en 2018.
Annexe 10 :
Science
(Voir la section sur les mesures prioritaires liées à la science…)
  • Mettre en œuvre l’Initiative de collaboration pour la science et la surveillance (ICSS) afin de coordonner la planification et la réalisation d’activités scientifiques relatives aux priorités précises ciblées lors du processus d’aménagement panlacustre.
  • Publier le Rapport technique de 2022 sur les points saillants de l’état des Grands Lacs.
  • Accroître la compréhension des connaissances écologiques traditionnelles et les occasions de les mettre en œuvre dans le cadre des activités de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs.