La période de consultation publique est terminée : Le Canada et les États-Unis rendent disponibles les ébauches des rapports sommaires binationaux sur les produits chimiques candidats à la désignation en tant que Produit chimique sources de préoccupations mutuelles

Vue de la Baie de Burlington, Lac Ontario, le 13 décembre 2012. Crédit : Environnement Canada.
Vue de la Baie de Burlington, Lac Ontario, le 13 décembre 2012. Crédit : Environnement Canada.

En vertu de l’Accord 2012 relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, les parties doivent identifier et désigner, de façon continue, les produits chimiques sources de préoccupations mutuelles (PCSPM) présents dans les Grands Lacs et qui, selon les deux parties, sont potentiellement nocifs pour la santé humaine ou l’environnement.

En février 2014, le Canada et les États-Unis ont entrepris la première étape nécessaire afin de se conformer à cet engagement en proposant un premier ensemble de PCSPM potentiels (en ordre alphabétique) :

  • biphényles polychlorés (BPC)
  • bisphénol A;
  • composés perfluorés (APFO, APFC et SPFO);
  • mercure;
  • nonylphénol (NP) et ses dérivés éthoxylés (ENP);
  • paraffines chlorées (alcanes) (y compris à chaîne courte, moyenne et longue);
  • produits ignifuges (polybromodiphényléthers [PBDE]) et hexabromocyclododécane [HBCD]).

Un groupe de travail chargé de l’identification (GTI) composé d’experts du gouvernement, de l’industrie, d’organismes environnementaux non gouvernementaux et du milieu universitaire a examiné et évalué des données et des renseignements existants sur la pertinence des produits chimiques candidats à la désignation en tant que PCSPM. L’ébauche des rapports sommaires du GTI sont maintenant disponibles aux fins d’examen et de rétroaction.

A propos de

Pamela Finlayson, Environment and Climate Change Canada